Le Pays de Richelieu

Agriculture

Au siècle dernier

 

De nos jours

 

Produits phares du terroir :

La truffe

Dans le Richelais (si proche du royaume des truffes que fut la Vienne, longtemps l’un des premiers départements producteurs en France), la trufficulture était florissante il y a moins d’un siècle.
Ainsi, on commercialisa jusqu’à 20 tonnes de truffes, en 1882, sur le Marché de Richelieu. Une époque bénie pour les nombreux vignerons reconvertis en trufficulteurs après l’abandon des vignes détruites par le phylloxéra.
Une époque durant laquelle se construiront, dans toute la contrée, de superbes maisons, édifiées grâce à la fortune amassée rapidement par ces “nouveaux riches” du Richelais.
C’est à la fin du XIXème que la cité du célèbre cardinal connaîtra ses plus gros marchés truffiers. Des marchés qui, malgré le déclin de la trufficulture, se prolongeront jusqu’en 1920.
… C’est autour de cette fameuse fontaine de la place des Halles que se groupaient, à la tombée de la nuit, chaque lundi, jour de marché, dès la fin novembre, mais surtout à la mi-décembre, les marchands de truffes venus de Marigny-Marmande (jusqu’en 1901-1902), de Pouant, Neuil, Maulay, Saint-Marçolle, Beuxes et Loudun (jusqu’en 1918-1920). Les transactions ne duraient pas plus … d’une demi-heure à une heure !
Jusqu’en 1914, les petits récoltants du “diamant noir de la cuisine” les apportaient à l’usine de conserverie Guimier, d’où les joyaux du sol étaient expédiés à Paris. Une vieille richelaise se souvient aujourd’hui “de la forte odeur qui, chaque lundi, régnait sur la place”. On raconte même que dans les années 20, un habitant logeant sur la place intenta un procès, se déclarant fortement incommodé par l’odeur des truffes les jours de marché.
… C’était au temps où, comme l’écrivait Balzac dans “César Birotteau” : “Devant le foyer à charbon de terre, le feu dorait une omelette aux truffes …”

Texte établi d’après les recherches de Mme Yannick Monnier, de Marigny-Marmande.
Extrait du Magazine de la Touraine Janvier 1985

 

Depuis le site de la truffe de Touraine

Marigny Marmande, capitale de la truffe

La trufficulture a toujours existé en Touraine en particulier dans le bassin du Richelais.
Compte tenu de la qualité de ses sols et de son climat, l’Indre & Loire est un des départements Français producteurs de truffes Tuber Mélanosporum.

Le renouveau de la Trufficulture dans notre région débute au milieu des années 70 aux environs de Marigny-Marmande. Depuis cette période les surfaces ont augmentées pour atteindre aujourd’hui environ 400 Ha.
Avec près d’une tonne produite par an, la truffe de Touraine se retrouve sur de nombreux marchés de détail.

L ‘association des Trufficulteurs de Touraine, qui regroupe aujourd’hui 120 adhérents, a pour but de promouvoir la trufficulture par la plantation et de favoriser la formation des trufficulteurs. Elle organise des stages animés par des techniciens compétents et invite chaque année ses adhérents à un voyage d’étude dans des régions trufficoles françaises, favorisant ainsi les contacts et les échanges de données techniques.

Elle organise également des marchés aux truffes (contrôlés) sur le département.

L’asperge

Braslou : capitale de l’asperge du Pays de Richelieu

L’asperge a trouvé en ce sud du département, « les conditions idéales à une production qui demande un réel savoir-faire ». Depuis plus de quinze ans, cette qualité de production est reconnue par la marque « Cœur de Touraine ». Chaque 2ème dimanche de mai, les producteurs de la région se retrouvent à Braslou pour un marché de l’asperge et de produits du terroir très réputé.

Le safran

Le safran est une des plus anciennes épices dont l’apparition remonterait à plus de 4 000 avant JC.
Il serait originaire du Moyen-Orient. Les Egyptiens et les Hébreux l’utilisaient comme aromate et colorant puis les Grecs et Les Romains élargissèrent son utilisation à la cuisine, la pharmacopée, la teinture…
C’est au XIIème siècle que le safran aurait fait son apparition en France vraisemblablement au retour des Croisades.

Certains écrits de Ronsard ou Rabelais révéleraient la présence de safran dans notre région

Les safraniers de Touraine

%d blogueurs aiment cette page :